Etes-vous prêt pour créer votre cabinet de conseil ?

14/08/2018

Etes-vous prêt pour créer votre cabinet de conseil.jpg
Nombreux sont les cadres et les ingénieurs, débutants ou confirmés qui, à un moment ou à un autre de leur carrière, s'interrogent sur leur aptitude au conseil. Cet article vous donnera des pistes pour analyser vos atouts et vos axes de progrès pour lancer votre activité de conseil.

Le point de départ de leur réflexion est en général très personnel : un licenciement économique suite à une restructuration ; la perspective d'un prochain départ de l'entreprise ; le sentiment de ne pas ou de ne plus se réaliser pleinement au poste qui est le leur dans l'entreprise ; ou bien encore l'envie de changer de position et de prendre de la distance par rapport au monde de l'entreprise. 

Les motivations sont très diverses et reflètent l'émiettement des trajectoires professionnelles des cadres dans l'entreprise d'aujourd'hui. Cependant, et quelle que soit la ou les raisons qui vous poussent à choisir d'effectuer votre seconde carrière dans le conseil, une chose est sûre : évitez de rester seul à réfléchir dans votre coin ! Confrontez vos idées et vos projets, aussi flous soient-ils, avec des spécialistes du conseil qui pourront vous aider utilement à vous orienter dans le dédale de ce nouveau métier aussi ouvert (en apparence) qu'exigeant (en réalité).

Il existe des lieux et des spécialistes qui peuvent vous accompagner dans vos premiers pas et vous guider dans vos choix futurs. N'hésitez pas à faire appel à eux, même « pour voir ». Dans le conseil, la curiosité n'est pas, n'est jamais, un vilain défaut. Bien au contraire, les esprits curieux et ouverts sont particulièrement appréciés, ceux qui aiment l'observation des faits et l'expérimentation concrète plutôt que ceux qui ne se posent guère de questions et qui savent là où ils vont sans avoir besoin d'y réfléchir, de se remettre en question.

La solitude est une tentation, mais comme toutes les tentations, il faut savoir y résister. Nombre de candidats au conseil s'enferment dans une « tour d'ivoire » et bâtissent des châteaux en Espagne. Peur de se faire « piquer ses idées » ! Sans doute, souvent. Mais n'est-ce pas un peu facile ? Et puis, comment savoir et vérifier concrètement qu'une idée est bonne tant que l'on reste enfermé dans ses certitudes ? Certitudes d'autant plus mises en avant qu'au fond de soi-même on est rongé par le doute. Plutôt que de sortir de leur isolement et d'aller solliciter l'échange et la critique sans lesquels nul projet ne peut croître et se développer.

Il faut souvent commencer par franchir ce premier obstacle. Il n'est pas rare, alors, que le cadre prenne conscience qu'à ce stade « le roi est nu » et que son projet, auquel il croyait dur comme fer, ne tient pas debout. Tout est donc à refaire ou plutôt à commencer... Encore fallait-il se l'avouer et accepter de s'ouvrir au dialogue et à la confrontation avec d'autres points de vue que le sien (ou celui parfois trompeur de ses proches).

Parmi les autres causes de blocage viennent des questionnements d'ordre plus existentiel du type : « Suis-je fais pour le conseil ? » « Ne suis-je pas trop vieux ? », ou au contraire « trop jeune ? » « Trop diplômé ou pas assez ? ». Toutes ces questions ont certes leur importance mais elles tendent à former autant d'écrans, de freins de nature à empêcher le cadre d'avancer dans sa réflexion et de se situer par rapport au métier de conseil - c'est-à-dire de répondre concrètement à la question de savoir s'il a intérêt ou non à poursuivre ses interrogations plus avant. À ceux qui souhaitent avancer de façon constructive et pro-active, il convient de confronter leurs idées et leurs projets avec des spécialistes du conseil. Voici comment faire.

Confrontez vos idées et vos projets avec des spécialistes du conseil

Qui sont les spécialistes avec lesquels il convient de débattre en confiance et qui vous aideront à vous forger votre propre opinion sur vos chances de devenir conseil ? En tête de cette liste figurent, bien entendu, les cabinets d'outplacement, les conseillers de l'APEC (Agence Pour l'Emploi des Cadres) ou de Pôle Emploi ainsi que les conseillers opérant dans les centres de bilans de compétences. Les professionnels que vous y rencontrez sont entraînés à dépister chez les cadres les compétences ou les caractéristiques requises pour exercer efficacement tel métier ou telle fonction. Écoutez-les ! Ils seront parfois les premiers à vous poser la question qui servira de point de départ à votre réflexion personnelle : « Avez-vous, Monsieur ou Madame, pensé au conseil comme seconde étape de carrière ? ». Ces personnes seront vos « inspirateurs », elles seront à l'origine du premier « déclic » qui vous amènera à sortir de vous-même et à envisager autrement la suite de votre carrière professionnelle. Les Chambres de Commerce et d'Industrie jouent parfois un rôle analogue. Elles accueillent les candidats intéressés par le conseil comme par la création d'entreprise en général. Les conseillers des CCI peuvent également avoir un avis pertinent sur votre projet conseil et vous aider à franchir le premier pas.

Il y a aussi les syndicats professionnels de l'ingénierie et du conseil. SYNTEC regroupe les grandes structures de l'ingénierie et du conseil tandis que la Chambre des Ingénieurs-Conseils de France (CICF) représente les petites et les moyennes structures de cette profession. Les représentants de ces syndicats connaissent bien le métier et le marché du conseil et peuvent utilement vous renseigner sur les évolutions en cours. Les voir n'est donc jamais inutile. Dans la même veine, on signalera l'Office Professionnel de Qualification de la Formation et du Conseil (OPQFC). Cet office est chargé de la qualification professionnelle des ingénieurs-conseils qui en font la demande. Ses responsables possèdent également une bonne visibilité sur l'évolution du métier et du marché du conseil. Vous trouverez donc auprès de ces différents organismes des informations pertinentes et actualisées sur les grandes tendances d'évolution des métiers et des marchés de l'ingénierie et du conseil en France. À côté de ces organismes professionnels ou consulaires, il y a également l'IDCE (Institut pour le Développement du Conseil et de l'Entreprise). Premier institut français spécialisé dans la formation et la préparation aux métiers du conseil, l'IDCE accompagne depuis 1987 les cadres et les ingénieurs désireux d'exercer cette activité et cela quels que soient le statut visé (consultant interne ou externe, consultant associé, salarié ou indépendant) et le domaine de compétence concerné. Il représente un des lieux spécialisés en France où vous pouvez confronter en toute sécurité vos idées et vos futurs projets de conseil.

Testez vos aptitudes au conseil et votre niveau de préparation

Avec l'aide de la CPC, nous vous proposerons prochainement plusieurs tests en ligne pour analyser vos atouts et vos axes de progrès pour lancer votre activité de conseil.


Ils nous soutiennent :