Quel est le rôle du manager dans la gestion des risques psychosociaux ?

15/06/2016

054 - article 3.jpg
Un manager est le responsable direct de son équipe, il est donc bien placé pour identifier les risques psychosociaux, il doit en être préventeur. Car le manager doit avant tout instaurer un climat de confiance.

> Mais comment le manger peut-il instaurer un climat de confiance ?

Pour instaurer un climat de confiance, il faut se référer aux fondamentaux du management : transparence, confiance, concertation, respect, communication, motivation, etc.

Le manager doit faire en sorte que les salariés aient envie de mettre leurs ressources au service de leur travail : l’entreprise doit pouvoir donner une perspective sur l’avenir et le manager doit faire preuve de transparence et confiance dans les ressources de ses subordonnés.

Travailler c’est produire mais c’est également s’interroger sur comment on produit. Chacun dans l’équipe connaît certains aspects du travail et peut donc apporter son éclairage. La concertation est importante. Une personne qui a participé à la construction d’un projet adhère à ce projet : les membres de l’équipe doivent être associées aux projets le plus en amont possible. Au projet le plus en amont possible du projet.

La concertation est une preuve de la reconnaissance, ce n’est pas une perte de pouvoir.

> Manager, comment détecter les risques psychosociaux chez vos collaborateurs ?

Le manager est un détecteur et un préventeur des risques psychosociaux pour les membres de son équipe. Si la prévention a été insuffisante, le manager peut également jouer un rôle d’acteur afin d’aider les collaborateurs en détresse.

> Quels signes doit savoir repérer le manager pour être détecteur des risques psychosociaux chez ces collaborateurs ?

Un manager est l’observateur quotidien de son équipe, il peut donc détecter des signaux d’alerte au quotidien de risques psychosociaux : ce sont des signes verbaux mais également des signes non verbaux :

  • Les signes verbaux peuvent être explicites ou implicites.
  • Les signes non verbaux sont les attitudes physiques, les comportements, les performances.

Le niveau de tonicité est un signe. Par exemple la perte de tonicité chez un collaborateur ou au contraire un accès survolté peut traduire une situation pathologique alors que cet état peut laisser croire que la personne est en grande forme.

Le manager doit être sensible au changement de comportement d’un membre de son équipe ( une personne qui devient agressive), mais tout comportement nouveau n’est pas nécessairement anormal.

Les signaux ne sont pas toujours faciles à repérer, à interpréter : leur interprétation dépend de la relation avec la personne en question, il est possible de se tromper en interprétant un signal.

Le Médecin du travail, le service des ressources humaines, les représentants du personnel peuvent également observer certains indicateurs qui peuvent signifier l’existence de risques psychosociaux au sein de l’équipe : nombre d’arrêt maladie, turnover au sein d’une équipe, etc.

Qwesta vous propose de prendre quelques minutes pour évaluer GRATUITEMENT le niveau des risques psycho-sociaux dans votre entreprise : accéder au diagnostic


Ils nous soutiennent :